Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le résumé de l'éditeur, l'Atalante:

 

J’ai appelé les marraines sur ton berceau pour m’assu­rer que tu aurais tout ce qu’il faut pour être heureuse. Il n’y a pas eu de problème pour l’intelligence et lecourage. Ce sont des qualités qu’elles ont l’habitude de donner. Quand j’ai demandé l’amour, pour toi, elles ont un peu… Bref, elles ont commencé à pinailler.

Confiée, à la mort de ses parents, à un oncle qu’elle ne connaît pas, Clara découvre une famille excen­trique et devient la pièce maîtresse d’une bataille âpre entre le monde des fées et le monde deshumains. Clara arrivera-t-elle à dépasser ses peurs pour « entrer dans l’aventure » ?

Grand Prix de l'Imaginaire 2010. (s'il vous plait!)


 

La jolie couverture de Sarah Debove:

 

http://www.l-atalante.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/48782c443d5e86a5aca846122127be2c.jpg

 


 

Les avis qui font plaisir


Fakhouri - Le Clairvoyage - Librairie Critic
Une excellente surprise !
Après les sympathiques Le Mystère Olphite et Graal du Gobelin, la collection du Maedre de l'Atalante passe la seconde avec Clairvoyage, un joli petit roman de 250 pages d'Anne Fakhouri. Son premier.
Autant le dire d'emblée, il s'agit aussi du premier roman TOTALEMENT INDISPENSABLE de cette collection !
Illustré par une superbe couverture de Sarah Debove ( cf Thomas Lestrange ), le premier roman d'Anne Fakhouri peut se targuer d'être la bombe de fin d'année en fantasy jeunesse. Un superbe roman qui aurait tout autant pu être écrit par Gaiman ou Clive Barker ( et sa série Abarat ).
Seulement voilà, il est écrit par une jeune auteur française et c'est tant mieux ! Car si on pense à l'univers de ses deux grands auteurs, celui de Fakhouri n'a rien à leur envier par sa richesse, la tendresse que l'auteur porte à ses personnages ou encore sa plume enchanteresse.
Fakhouri - Le Clairvoyage - Science & Vie Junior

Anne Fakhouri est une jeune auteure très prometteuse. Dans Le Clairvoyage, on rencontre Clara, 12 ans, qui, après la mort de ses parents, est confiée à un oncle et livrée à elle-même dans une grande maison. Elle y découvre un monde merveilleux, peuplé des fantômes de ses ancêtres, de ses tantes excentriques et de fées voleuses de bébé. Pas facile de s'adapter lorsqu'on a jamais cru à tout cela. Le début d'une grande aventure sur les traces d'Alice au pays des merveilles.

Jérôme Vincent, Science & Vie Junior , octobre 2008, n°229 

 

 

 

Fakhouri -Le Clairvoyage - nooSFere

« Tu as des yeux sans fonds, Clara ! Tu as les plus beaux yeux que j'aie jamais vus. Ma marraine appelle ça les 'yeux sans aventures'. Ce sont des yeux très rares. Ce sont des yeux de clairvoyage.
     - Clairvoyance, rectifia Clara malgré elle. Le bon mot est clairvoyance.
     - Clairvoyage... Tu as des yeux prêts à observer les plus belles légendes. » (p.169)

     A la mort de ses parents, la petite Clara se découvre une famille d'excentriques qui évoluent au milieu de fées et de fantômes...

     Inutile de résumer davantage l'étonnant parcours de Clara : vouloir en décrire les étranges rencontres et les insolites péripéties serait un exercice vain, bien incapable de rendre justice à ce merveilleux récit et à l'émotion qu'il suscite. Autant résumer Alice au pays des merveilles par « une petite fille fait un rêve bizarre » plutôt que d'essayer d'en expliquer l'intérêt à quiconque ne connaîtrait pas cette œuvre.
 
     Ajoutons une référence au Songe d'une nuit d'été de Shakespeare, en raison de certains des protagonistes - la reine Titania, ou Puck, peu joyeux ici puisqu'il apparaît d'abord sous leSi l'on évoque d'emblée le conte cultissime de Lewis Carroll, il ne s'agit pas d'un hasard. Sans que les deux histoires aient de réelles ressemblances, le récit d'Anne Fakhouri réussit comme Alice à maintenir sans chuter le difficile équilibre entre nonsense et raison, entre absurde et logique, entre onirisme et réalisme. Chaque chapitre oscille ainsi entre fantaisie, drame, farce et mystère, sans jamais perdre le lecteur dans cet univers fantasque où Clara sert de guide et de fil conducteur. Rares sont les récits de ce type qui ne basculent pas vers une lourde et ennuyeuse confusion et il faut donc insister sur le talent de l'auteur qui en fait au contraire un conte initiatique lumineux, aussi joli et espiègle que l'illustration de Sarah Debove.
Ajoutons une référence au Songe d'une nuit d'été de Shakespeare, en raison de certains des protagonistes - la reine Titania, ou Puck, peu joyeux ici puisqu'il apparaît d'abord sous les traits d'un maléfique corbeau - , ainsi qu'en raison de la grâce magique de ce récit malicieux et virevoltant, empreint de poésie.
    La saveur de ce Clairvoyage est telle qu'on aimerait en lire à voix haute chaque épisode face à un public enfantin : nul doute qu'on capterait immédiatement leur attention et qu'on susciterait des discussions passionnées, car chacune des aventures de Clara - en vrac la poup ée qui parle, le service à thé qui s'ouvre vers une autre dimension, les tableaux qui réveillent les scènes du passé, la banshie, la sirène... - laisse la voie libre à l'imagination et à diverses interprétations. Cette richesse potentielle et une relative complexité promettent de fécondes relectures, à l'image de l'inépuisable Alice.

     Il faudra attendre un second tome, La Brume des jours, pour connaître le dénouement. Mais d'ores et déjà nous pouvons affirmer tenir là un roman d'exception qui devrait figurer un jour parmi les classiques de la fantasy jeunesse.

Pascal PATOZ, nooSFere, 9 novembre 2008

Partager cette page

Repost 0